#56JoursD'Afrique- Niger

« rivière parmi les rivières »

Dans l’édition d’aujourd’hui de #56DaysofAfrica, nous soulignerons le 20ème pays de notre campagne, le Niger.


Au Moyen Âge, la partie occidentale de l’actuel Niger faisait partie de l’empire Songhai, établi au VIIe siècle par les Berbères et avait accepté l’islam au XIe siècle. C’était un carrefour économique important et les empires de Songhai, Mali, Gao, Kanem, et Bornu, ainsi qu’un certain nombre d’États hausas, ont revendiqué le contrôle sur des parties de la région. Dosso était le siège du royaume de Dosso, une chefferie de Zarma qui s’est élevée pour dominer toute la région de Zarma au Niger dans le Niger précolonial. Le souverain traditionnel s’appelait Zarmakoy ou Djermakoy de Dosso. Zinder était une ville commerciale très importante au 19ème siècle.


Pendant ce temps, la magnificence du Palais du Sultan et de son harem coexistaient côte à côte avec la brutalité et la sauvagerie des marchands des esclaves. Au début du 19ème siècle, les États hausas ont été conquis par les Peuls sous le réformateur musulman Usman dan Fodio. Dans les années 1890, les Français signaient des traités avec les dirigeants des États de Say, Gaya et Dosso, mais le Niger n’est devenu une colonie Français officielle au sein de Français Afrique de l’Ouest qu’en 1922. Le pays tire son nom du fleuve Niger, qui traverse la partie sud-ouest de son territoire. Le nom Niger dérive à son tour de l’expression gher n-gheren, qui signifie «rivière parmi les rivières», en langue tamashek.


Au XIXe siècle, le contact avec l’Occident a commencé lorsque les premiers explorateurs européens – notamment Mungo Park (britannique) et Heinrich Barth (allemand) – ont exploré la région à la recherche de l’embouchure du fleuve Niger. Bien que les efforts Français de pacification aient commencé avant 1900, les groupes ethniques dissidents, en particulier les Touaregs du désert, n’ont été maîtrisés qu’en 1922, lorsque le Niger est devenu une colonie Français. Le Niger a été l’une des dernières nations africaines à être colonisée par les Européens, mais même après la Première Guerre mondiale, l’ère de l’empire était vivante et les Français avaient des intérêts particuliers dans les ressources naturelles que détenait le Niger.


Après la création de la Cinquième République Français en 1958, Français colonies en Afrique ont été autorisées à organiser un référendum sur leur appartenance à la Communauté Français, ce qui a permis un grand pas vers l’indépendance. Au Niger, la campagne du « Oui », menée par le Parti progressiste Nigéria-Rassemblement Démocratique Afrique (Parti progressiste nigérien-Rassemblement démocratique africain) sous la direction de Hamani Diori, a remporté le référendum, qui a conduit le Niger à se déclarer république au sein de la Communauté Français.


Diori devient Premier ministre, et la Ve République française et l’Assemblée nationale nigérienne conviennent le 28 juillet 1960 que Diori gouvernera le Niger après son indépendance le 3 août jusqu’à ce qu’il puisse organiser des élections en novembre de la même année. Hamani Diori a été le premier président par intérim dans le Niger indépendant, a procédé à la mise en place d’un système à parti unique qui a brutalement réprimé ses adversaires. En 1974, après 14 ans au pouvoir et sous la pression des années 1970, Diori a été démis de ses fonctions lors d’un coup d’État militaire mené par son chef d’état-major militaire, le lieutenant-colonel Seyni Kountche.


Pour la culture

La capitale du Niger est Niamey. Les historiens débattent de l’histoire ancienne de Niamey avec certains faisant valoir qu’il était à l’origine un village de pêcheurs Songhai nommé d’après l’arbre local Niami, tandis que d’autres soutiennent qu’il a été fondé par un chef Djerma nommé Kouri Mali. Pourtant, la plupart s’accordent à dire que le site était habité par un petit nombre de peuples hausa, djerma-songhai et wazi avant la colonisation européenne.


Les Hausa sont le plus grand groupe ethnique de la nation, les autres étant les Songhaï, les Touaregs, les Peuls, les Kanuri, les Gurma, entre autres. Français est la langue officielle du Niger, puis chaque groupe parle sa langue maternelle, cependant, Hausa et Djerma sont quelques-unes des langues autochtones les plus parlées


Cure Salée

L’un des festivals les plus importants au Niger est une célébration Cure Salée (Salt Cure). Il a lieu chaque année et chaque groupe ethnique nomade a sa propre célébration. La plus grande célébration que vous pouvez voir à Wodaabé (Bororo) tribu, tenue en Septembre autour de la petite ville d’In-Gall, dans le nord-est du Niger. Le festival dure environ une semaine, mais deux jours sont majeurs. La date exacte n’est pas connue, elle change chaque année et elle est annoncée environ un mois avant en fonction de la force des pluies.


Cuisine nigérienne

Le djerma traditionnel de style nigérien, ou ragoût de poulet aux arachides, est le plat national du Niger. Au Niger, le riz est l’aliment de base principal et de nombreux ragoûts comme Djerma sont consommés avec elle. Aucun repas n’est complet sans un ragoût savoureux ou une sauce assaisonnée de gingembre, de muscade, de cannelle ou de safran. Les repas au Niger commencent généralement par des salades colorées à base de légumes de saison.

Les aliments de base comprennent le millet, le riz, le manioc, le sorgho, le maïs et les haricots. Le thé est la boisson la plus commune dans ce pays. Il est souvent servi dans une cérémonie élaborée de trois tours de thé. Le thé est accompagné de fari masa, une pâte frite à feuilles qui est roulée dans le sucre ou les épices après la friture.


Points de repère notables

Le Niger est composé d’incroyables monuments naturels et artificiels. Il abrite Gadoufaoua, un cimetière fossile dans le désert de Tenere qui contient des ossements d’animaux éteints. Étonnant à trouver les fossiles de Sarcosuchus imperator, crocodile le plus terrible dans le monde qui a vécu il ya 112 millions d’années. Le Niger abrite également la cascade de Timia, une cascade saisonnière à guelta (ruisseau saisonnier) dans les falaises de l’oasis de Timia. La mosquée d’Agadez est une mosquée importante à Agadez, dans le département de Tchirozerine, au Niger. Il était fait d’argile et est la plus haute structure de briques de boue dans le monde.

La Grande Mosquée de Niamey a été construite dans les années 1970. La plus grande mosquée de la ville, dispose d’un minaret avec 171 marches de haut en bas. Musée National Boubou Hama est le musée national du Niger, il a été fondé en 1959 comme Musée National du Niger. Son premier restaurateur, Pablo Toucet, a conçu le concept du musée, selon lequel il faisait partie de la Vallée de la Culture de Niamey, proposée par Boubou Hama.


Avec sa richesse historique, la rivière parmi les rivières est un spectacle à voir et à apprendre. Nous avons hâte de continuer à partager plus d’informations sur le Niger avec vous tous.

N’oubliez pas de nous suivre sur Instagram et Facebook pour en savoir plus sur le Niger. Restez à l’écoute pour le prochain #56DaysofAfrica pays souligner jeudi!


«Nous Sommes Ceux Que Nous Attendions»

  • FACEBOOK
  • TWITTER
  • YOUTUBE
  • AFRICA MATTERS PODCAST
  • LINKEDIN

© AFRICA MATTERS INITIATIVE 2020

Afrika Matters Initiative NPC 2018/033657/08