#56JoursD'Afrique- République Centrafricaine

"Ködörösêse tî Bêafrîka"

To read the English version of this article click here.





Dans l’édition d’aujourd’hui de #56DaysofAfrica, nous allons mettre en avant la République centrafricaine.

La République centrafricaine (C.A.R.) s’appelait auparavant Ubangi-Shari (Oubangui-Chari), l’un des quatre territoires d’Afrique équatoriale Français, du nom des deux rivières qui dominaient sa route terrestre au sud et la charia au nord.

Après la Conférence de Berlin, Ubangi-Shari était gouvernée par la France. Barthélemy Boganda mène la voie de l’indépendance. Lorsque le pays était sous statut autonome, il fut premier Premier ministre en décembre 1958 et membre de l’Assemblée nationale Français, où il s’est rallié contre le racisme contre les Oubanguiens par les Français en formant le Mouvement pour l’Évolution Sociale de l’Afrique Noire (MESAN).


En 1958, Boganda a annoncé son plan pour unir les Français territoires du Tchad, du Gabon, du Congo et d’Ubangi-Shari pour former une seule nation sous le nom de « Les États-Unis d’Afrique latine ». Lorsque ses plans d’unir le continent échouèrent, il rebaptisa le nouvel Ubangi-Shari, nouvellement indépendant, comme « République centrafricaine » comme un moyen de convaincre ses voisins de rejoindre la république.

Boganda mourut mystérieusement en 1959 et la République centrafricaine a obtenu l’indépendance le 13 août 1960. Laisser David Dacko, un membre du gouvernement qui a revendiqué une relation familiale avec Boganda, pour devenir le premier président de C.A.R. Dacko a permis à la Français de fournir au pays nouvellement indépendant avec l’aide. En décembre 1965, alors qu’il était imminent de faire faillite et de menacer une grève nationale, le commandant de l’armée, Jean-Bédel Bokassa, remplaça Dacko par un coup d’État.

Bokassa abolit la nouvelle constitution, dissous le législateur et remis des fonctions administratives à son cabinet nommé; il n’a permis aucune opposition. Bokassa s’est déclaré président à vie en 1972. Quatre ans plus tard, il se proclame empereur de l’Empire centrafricain et est couronné l’année suivante comme empereur Bokassa I avec des cérémonies somptueuses financées en grande partie par la France. Il fut plus tard renversé et Dacko fut de nouveau nommé président de la C.A.R. avec le soutien de la France.


Pour la culture

La capitale de C.A.R. est Bangui qui était également connue sous le nom de La Coquette (la belle ville). De l’autre côté de la rivière, on peut voir la République démocratique du Congo. En raison de Bangui étant situé près de l’équateur, le climat est chaud et humide pendant une grande partie de l’année et les fortes pluies qui conduisent à des inondations sont fréquentes.

Bangui

Les gens de la C.A.R. sont composés de plusieurs groupes, principalement les Bwaka, Madjia, Baya et Banda. Les langues officielles sont Français et Sango sont les langues officielles, le sango étant la lingua franca parlée par près de neuf dixièmes de la population. Il demeure principalement une langue parlée dans le gouvernement et l’éducation, tandis que Français est utilisé dans les communications écrites.

Cuisine centrafricaine

La cuisine centrafricaine est une merveilleuse fusion de cuisines d’Afrique de l’Est et d’Afrique de l’Ouest. Le manioc est l’aliment de base de la C.A.R. il est trempé pendant deux-trois jours séché au soleil, puis mis à la terre dans une farine. Goza est une pâte à base de farine de manioc et d’eau. La plupart des repas sont servis avec goza ou « foutou » (purée de plantain et manioc). Il est servi avec une sauce à base de viande, de poisson ou de légumes. Ngunga est un plat à base de feuilles vert foncé de la plante de manioc. La plupart des sauces sont épaissies avec du beurre d’arachide pour ajouter des protéines.

C.A.R. a plusieurs spécialités telles que la soupe au beurre de palme, le ragoût de poulet et de cumin, le ragoût d’épinards, les crevettes aux patates douces et les ignames bouillies, et le muamba de galinha, qui est le poulet servi avec du gombo et de l’huile de palme. Egusi, ou graines de melon, est particulièrement populaire dans C.A.R. de la même manière que le plat nigérian, la soupe d’egusi. Un autre plat commun, est kanda, qui sont des boulettes de viande faites en battant des graines de citrouille grillées dans une poudre et en combinant avec de la viande hachée, l’oignon et l’ail. Ils sont ensuite mijotés dans une sauce à l’oignon tomate. C’est un excellent moyen d’étaler la quantité de viande nécessaire pour servir plus de gens, plus chaque bouchée comprend un peu de saveur de graines de citrouille grillées. Une autre variante, Kanda ti Nyma, est faite avec du gombo et des arachides.


Une spécialité populaire dans C.A.R., est yabanda, qui est faite à partir de chenilles, mijotée dans des feuilles de vigne finement coupées en dés (appelé koko à Sangho, gnetum dans Français), oignons, et un poivre bonnet scotch. Si vous cherchez à faire l’expérience entomophagie, C.A.R. est un bon endroit pour l’essayer!


Points de repère notables

C.AR. a de nombreux points de repère à l’intérieur de ses frontières qui reflètent sa riche histoire et sa culture. Par exemple, Bangui abrite le musée boganda, le zoo de Bangui et le palais présidentiel, anciennement le palais de Bokassa. La cathédrale Notre-Dame est le siège de l’archidiocèse catholique de Bangui.

Dans d’autres parties du pays vit les chutes Boali et le parc national de Manovo-Gounda St Floris. Boali Falls est un endroit magique et impressionnant où la rivière M’Bari se vide de 50m de haut et 250m de large. Il y a des centrales hydroélectriques construites en amont et en aval des chutes. Ces centrales fournissent l’électricité à la capitale du pays – Bangui.

Le parc national de Manovo-Gounda St Floris est l’une des réserves les plus riches du continent par sa faune et sa flore. Il comprend de nombreuses et variées espèces de mammifères. Il est situé à un carrefour biogéographique majeur de l’Afrique centrale. Trois cours d’eau se mélangent ici, le Monovo le Koumbala et la Gounda.


Avertissement: Ködörösêse tî Bêafrîka (C.A.R.) a connu la guerre civile et les conflits armés, causant des déplacements et des préoccupations humanitaires depuis plus de huit ans et il est important pour nous de ne pas ignorer les atrocités qui se produisent dans certaines parties du pays. Notre intention de la campagne #56daysofAfrica est de faire la lumière positive sur nos nations africaines, car la plupart des sources d’information ne couvrent que les événements négatifs dans nos pays. Au cours de la semaine, nous espérons continuer à partager plus d’informations sur la République centrafricaine via nos plateformes de médias sociaux.


N’oubliez pas de nous suivre sur Instagram et Facebook pour en savoir plus sur la République centrafricaine.Restez à l’écoute pour le prochain #56DaysofAfrica pays souligner jeudi!

"Nous Sommes Ceux Que Nous Attendions"

Afrika Matters Initiative NPC 2018/033657/08